Information

[𝗩𝗮𝗰𝗰𝗶𝗻𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻] Une vaccination gratuite et sans rendez-vous à partir de 12 ans est proposée le jeudi 28 octobre de 15h à 19h. Un bus de la Province, ouvert à tous (pour les nouvelles vaccinations, deuxième et 3ème dose) se trouvera sur la Place Royale. Pour les 12-15 ans, la présence d'un des parents et un accord écrit des 2 parents est indispensable. La deuxième dose (si vous recevez la première le 28/10) aura lieu le 18/11 selon les mêmes modalités.

Coche verte
Information

[𝗘𝗿𝗮𝘀𝗺𝘂𝘀] Avis aux jeunes Spadois ! Dans le cadre de l'amitié de la ville de Vichy (France) avec Spa, ils cherchent un volontaire européen spadois pour un Erasmus. CES d'octobre 2021 à août 2022. Intéressé(e)s ? Passez par la MJC de Spa (message privé Messenger ou mail à aW5mb0BtamNzcGEuYmU=) et nous vous mettrons en contact. Ready, steady ? Go !

Attention

[𝗖𝗼𝗹𝗹𝗲𝗰𝘁𝗲 𝗱𝗲 𝗦𝗮𝗻𝗴] La collecte de ce mois aura lieu le 27/10. Retrouvez l'ensemble des dates sur notre page Collecte de Sang

Coche verte
Information

[𝗣𝗼𝗹𝗹𝘂𝘁𝗶𝗼𝗻 𝗶𝗻𝗼𝗻𝗱𝗮𝘁𝗶𝗼𝗻𝘀] La Région wallonne a prévu une intervention pour assurer le financement des expertises, études et assainissements des sols pollués aux hydrocarbures. Plus d'informations et le formulaire sont disponibles sur SPAQUE.BE (lien cliquable, redirection)

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / SOL CRESS - Vers un Arrêté de Police - Communiqué de Madame la Bourgmestre
Actions sur le document

SOL CRESS - Vers un Arrêté de Police - Communiqué de Madame la Bourgmestre

Mesdames,

Messieurs,

 

Je vous adresse le présent communiqué de presse en ma qualité de Bourgmestre de la Ville de SPA dans le cadre de l’ouverture et de la gestion du nouveau centre d’accueil pour candidats réfugiés sur le site de SOL CRESS à SPA.

 

Les membres du Collège communal et moi-même nourrissons depuis plusieurs semaines de vives inquiétudes quant au fonctionnement du centre et à l’existence de risques majeurs pour la sécurité et la santé publiques. Nous ne pouvons tolérer davantage l’absence de prise en charge adéquate des résidents, et par conséquent les troubles qui en découlent et qui sont subis par la Ville et ses habitants.

 

Une réunion s’est tenue ce 27 septembre 2021 à l’administration communale, ayant rassemblé des représentants de la SRL SVASTA (gestionnaire du centre), de FEDASIL, de la Ville, des différentes disciplines ainsi que deux Députés fédéraux. Au terme de la réunion, nous avons procédé à une visite du centre de SOL CRESS.

 

Malheureusement, tant la réunion que la visite du centre ont confirmé l’existence de multiples problématiques qui ne peuvent perdurer plus longtemps.

 

Je vous propose d’aborder successivement plusieurs points.

 

Quant à l’historique

 

D’emblée, il convient de rappeler que le projet initial visait un accueil de 550 personnes au sein du centre, et ce alors que ce site tel qu’exploité jusqu’alors dans un cadre touristique ne permettait l’accueil que de 380 personnes.

 

Cette augmentation du nombre de personnes susceptibles d’être accueillies s’explique par la volonté – aujourd’hui concrétisée – de réunir dans une même chambre (de l’ordre de 16m²) jusqu’à 4 personnes isolées ne formant pas un seul et même ménage. Depuis près d’un an, je me bats pour que les conditions d’accueil soient améliorées, pareil regroupement de personnes ne présentant pas de liens entre eux ne peut que justifier tensions et difficultés, la promiscuité et l’absence de vie privée possible étant nettement problématique.

 

D’autre part, au vu des inquiétudes légitimes de la Ville de SPA liées à l’accueil d’un nombre si important de personnes en pleine crise sanitaire, le Collège communal avait confié au Professeur Yves COPPIETERS la réalisation d'une analyse d'impact COVID-19 de ce projet d'accueil. Tenant compte des recommandations du rapport circonstancié dressé par le Professeur COPPIETERS et suite à de multiples échanges entre la Ville, FEDASIL et la SRL SVASTA, il avait décidé de commun accord entre parties de limiter la capacité du centre à maximum 300 personnes, sachant en outre que l'arrivée des résidents se ferait par groupes d'une cinquantaine de personnes, avec évaluations tous les 15 jours avant d’envisager l’arrivée d’un groupe complémentaire. En outre, avant de dépasser le nombre de 200 places, une concertation serait en tout état de cause organisée entre FEDASIL, la SRL SVASTA et la Ville. Ce processus devait permettre une croissance raisonnée et efficace du nombre de résidents, avec une augmentation corollaire des membres du personnel, tout en leur assurant une formation idoine.

De même, un protocole sanitaire COVID propre au site de SOL CRESS a longuement été discuté, sachant qu’ouvrir un nouveau centre pendant une crise sanitaire, accueillant des personnes a fortiori non vaccinées, justifiait l’adoption de mesures particulièrement strictes.

 

 

Le centre a finalement accueilli les premiers candidats réfugiés le 20 juillet 2021. Des personnes sinistrées lors des inondations de la mi-juillet 2021 ont également été hébergées sur le site.

 

Malheureusement, dès le 3 août, Madame la Bourgmestre faisant fonction devait déjà s’émouvoir auprès de FEDASIL du non-respect des modalités négociées entre parties, 73 personnes étant déjà accueillies sans qu’une évaluation de la mise en œuvre du protocole sanitaire ne soit intervenue après atteinte du premier pallier de 50 personnes.

 

Monsieur le Secrétaire d’Etat Sammy MAHDI s’est adressé à moi le 21 août 2021 pour m’indiquer qu’il avait décidé unilatéralement d'augmenter l'occupation du centre d'accueil de SPA. Ainsi, FEDASIL a envoyé 145 personnes complémentaires.

 

Une réunion d’évaluation s’est tenue le 27 août 2021. A cette date, 269 résidents étaient présents au centre. Plusieurs inquiétudes et difficultés ont été relayées, les points d’attention étant multiples, que ce soit sur le plan de la sécurité ou de la santé publique.

 

Dans la mesure où de nombreuses difficultés ont été pointées, notamment par les membres de la Zone de Police, une nouvelle réunion s’est tenue le 16 septembre 2021 sur site. Force a été de constater que 425 personnes étaient accueillies sur site à cette date.

 

Aujourd’hui, 414 personnes sont présentes sur le site, ce que je déplore fermement au regard des accord antérieurs et des discussions intervenues. Accueillir autant de personnes en période de crise sanitaire, sans disposer d’un personnel qualifié et formé en nombre suffisant est de nature à poser problème.

 

Je me permets de viser à ce stade les difficultés rencontrées et mes inquiétudes.

 

Quant à la sécurité publique

 

Malheureusement, la Zone de Police constate qu’elle a dû intervenir à de multiples reprises tant sur le site de SOL CRESS que sur le territoire communal suite à des incidents liés à des résidents du centre.

 

Ces interventions impliquent une mobilisation conséquente des effectifs de la Police, sans que des renforts n’aient été accordés par la Police fédérale ou l’Etat fédéral à ce stade.

 

Les phénomènes constatés s’expliquent notamment à mon sens par l’insuffisance du gardiennage de sécurité sur site, justifiant un appel prématuré à la Police dans plusieurs cas, ainsi qu’un encadrement largement insuffisant des résidents (faible nombre d’activités, personnel en nombre insuffisant ou ne disposant des formations ad hoc).

 

Au vu de l’ensemble de ces éléments, tant la Zone de police que moi-même sommes inquiets quant à la possibilité de garantir la sécurité publique, tant sur le site de SOL CRESS que sur le territoire communal.

 

Quant à la sécurité-incendie

 

De multiples déficiences ont été constatées quant à l’existence d’un plan interne d’urgence adapté, quant à la maîtrise des procédures par les membres du personnel ou les résidents ou encore quant aux installations sur site.

 

J’ai exigé que des améliorations conséquentes soient apportées endéans la semaine à venir, la Zone de secours confirmant les risques majeurs pour la sécurité des personnes en l’absence d’amélioration de la situation, ce qui est totalement inacceptable.

 

Quant au respect du protocole sanitaire COVID et des règles d’hygiène

 

Il faut rappeler que la Province de Liège est passée en phase 4 COVID et que les résidents présents sur site ne sont pas vaccinés.

 

Il est donc indispensable que les protocoles sanitaires soient strictement respectés.

 

Lors de la visite du centre, nous avons dû constater de multiples problématiques et des non-respects des règles applicables.  

 

Conclusion

 

De manière plus transversale, je dois constater que pour chacune des problématiques dénoncées ci-avant, le manque flagrant de membres du personnel au sein du centre ainsi qu’une formation insuffisante de ceux-ci pose réellement des difficultés.

 

Au vu de l’ensemble de ces éléments, force est de constater que la gestion particulièrement problématique du centre est de nature à générer des risques majeurs tant pour la sécurité publique que pour la santé publique.

 

J’envisage donc d’adopter un arrêté de police sur pied des articles 133, al. 2 et 135, § 2 de la Nouvelle Loi communale, étant chargé de garantir la sécurité publique et l’absence de troubles à l’ordre public.

 

Cet arrêté imposerait de multiples mesures : renforcement du gardiennage au sein du centre ainsi que sur le site des Thermes, adaptation du plan interne d’urgence et mise en œuvre d’un plan d’actions concrètes, évaluation objective de l’application au sein du centre du protocole sanitaire COVID et mise en œuvre stricte de celui-ci (outre d’éventuelles recommandations complémentaires), renforcement des activités à destination des résidents, renforcement du personnel d’encadrement et de la formation de celui-ci.

 

De plus, je souhaite imposer la limitation provisoire du nombre de personnes accueillies à 415 personnes, soit le nombre de personnes actuellement présentes, tant que les problématiques décrites ci-avant ne seront pas rencontrées et réglées.

 

Il est évident que si la situation ne s’améliore pas rapidement, je serai contrainte d’envisager l’adoption de mesures plus contraignantes, et notamment la réduction du nombre de personnes accueillies, ne pouvant accepter plus longtemps que la gestion du centre génère des risques majeurs pour la sécurité et la santé publiques.

 

Je ne ferai pas de commentaires complémentaires.

 

 

                                                                                                              Sophie DELETTRE

                                                                                                              Bourgmestre de la Ville de SPA