Information

La ville de Spa participe à la semaine de l'arbre 2020. Distribution d'arbres fruitiers le samedi 28/11 sur le parking de du Domaine de Berinzenne de 9h à 16h. Informations complètes et liste des essences distribuées sur http://environnement.wallonie.be/semaine-arbre/

Coche verte
Information

RAPPEL : Les permanences AIS sont toujours suspendues. Vous pouvez contacter l'AIS au 080/34.15.79 ou via  info@ais-hauteardenne.be

Coche verte

Aller au contenu. | Aller à la navigation

Navigation

Navigation
Menu de navigation
Vous êtes ici : Accueil / Actualités / Au sujet de la Galerie Léopold II
Actions sur le document

Au sujet de la Galerie Léopold II

COMMUNIQUÉ DU COLLÈGE DE LA VILLE DE SPA

 

Le 25 mai dernier, la mort violente de l’afro-américain George Floyd provoquait une immense vague d’émotion, dépassant le cadre habituel des militants de « Black Lives Matter » pour gagner la planète entière.

Cette émotion a rapidement fait place à la colère et de nombreux mouvements contestataires se sont exprimés dans l’espace public, questionnant le racisme présent dans nos sociétés et notre rapport à l’héritage colonial. Certains ont même jugé que les représentations de certaines personnalités dans le paysage commun n’étaient plus acceptables, provoquant – entre autres – des actes de destruction et de vandalisme sur plusieurs statues, dont celles de Léopold II.

Dans la foulée, le Collège de la Ville de Spa a été saisi de la question du destin qu’il réserverait au patronyme de la Galerie Leopold II, ornant le Parc de 7 heures.

Après réflexion, le Collège spadois ne débaptisera pas cette Galerie.

Nous ne souhaitons pas nous instituer arbitre de deux camps, l’un consacrant Leopold II comme le Roi bâtisseur, l’autre le résumant à sa politique coloniale contestable : l’histoire est complexe et multiple et il ne nous appartient pas de décider - dans un moment d’émotion - ce qui n’a plus le droit de subsister dans l’espace public.

Nous estimons également que les recoins les plus sombres de notre passé ne s’affrontent pas en en gommant les stigmates. Ce passé doit se regarder droit dans les yeux et l’heure est certainement venue de l’affronter, l’accompagner, le contextualiser, … Mais l’effacer, non.

Soyons clairs : nous ne contestons pas la force des symboles et leurs capacités d’évocation et comprenons aisément que certaines personnes de la génération post-coloniale puissent souffrir d’un tel égard. Le Collège prendra d’ailleurs toutes les initiatives qu’il jugera utile pour mettre en perspective ce symbole dans son contexte historique, au travers d’outils d’éducation voire d’interventions dans l’espace public.

Au-delà de toutes les interprétations, la figure du Roi des belges est d’abord le symbole suprême de l’Unité de notre Nation. C’est de cette unité dont nous aurons besoins si nous voulons léguer aux générations futures une société qui donne sa juste place à toutes et à tous, au-delà des croyances, des origines et des couleurs de peau.